• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Un amour inconditionnel pour la vaisselle

Un amour inconditionnel pour la vaisselle - Layla Latté

J’ai la folie des assiettes, et je ne peux pas m’empêcher d’en acquérir de nouvelles, comme d’autres achètent des chaussures. Heureusement, j’ai de la place pour les mettre. Ma cuisine est soigneusement organisée, et ce, dans les moindres détails. De même, des rangements sont présents dans ma salle à manger et mon salon, afin d’accueillir cette grande collection. Certaines sont peintes de personnages sortis de la commeddia dell’arte. Colombine, Pierrot, Arlequin dansent et miment des scènes théâtrales. D’autres ont une forme particulière. J’en ai des carrées, des ovales, et même en forme de nuage. Ces dernières, je les sors à l’occasion des anniversairesd’enfants. Elles sont très poétiques et les plus jeunes apprécient, c’est évident. Lorsque j’ai consulté ces spécialistes pour des conseils sur une hypothèque privée, j’ai pu agrandir ma collection d’un nouvel assortiment de plats et d’assiettes. J’ai eu de la chance. Dans une rue proche du restaurant où j’ai mangé, après mon entrevue, une boutique de décoration réalisait des promotions.

En vitrine, je pus voir de magnifiques verres gravés, d’autres soufflés à la main, mais ce qui m’intéressa le plus ce fut le service en porcelaine de Chine, exposé sur une table en bois. Il avait été disposé avec beaucoup de simplicité, ce qui le rendait encore plus beau à mes yeux. Des motifs floraux entrelacés, dorés, étaient dessinés sur le bord. Au centre, chaque exemplaire présentait une image différente. C’étaient des paysages de campagne, de bord de mer, ou encore, de montagnes qui avaient été finement peintes. Les couleurs étaient délicates, et une impression de vie se dégageait des représentations. Même le plus petit des moutons semblait paître en toute tranquillité. 

C’était tellement beau, que je voulais l’avoir. En entrant, je me suis directement dirigée vers une vendeuse. Elle se tenait devant un rayon où des bols étaient empilés les uns sur les autres. Ils étaient de nuances différentes, mais tous de la même couleur. Je me promis de revenir pour en prendre quelques-uns, mais pour l’instant, seul le service me suffisait. Je n’ai même pas regardé le montant de mon achat. Je vis, en le déballant, que je venais de m’offrir un cadeau, presque princier. Au prochain repas qui s’est déroulé chez moi, je me suis servie de cette nouvelle acquisition. Bien entendu, mes invités furent surpris de constater qu’ils avaient tous un motif différent de peint sous les mets que je leur servais. Cela tranquillisa ma conscience, car je craignais que leur style ne soit pas apprécié.

À propos de l’auteur :

author

Vous comprendrez bien qu’il s’agit bel et bien d’un surnom...et non de mon nom. Pourquoi ce drôle de surnom? C’est qu’en plus de me passionner pour le café, je suis aussi une barista et que je travaille dans un magnifique café sur le Plateau Mont-Royal. J’ai donc toujours de drôles d’histoires de mon quotidien à vous raconter. Bienvenue dans mon espace virtuel.