• Facebook
  • Twitter
  • Google +

La Fraternité

La Fraternité - Layla Latté

On dirait que le monde d'aujourd'hui n'a plus d'âme, il est empreint de tellement de crises religieuses, qu'on se demanderait si c'est vraiment des hommes qui y habitent. Ils s'entretuent, font des attentats à la bombe, torturent des enfants et des femmes innocentes, c’est comme si la fraternité n'existait plus. Alors que les religions révélées nous désignent toutes comme des descendants d'Adam et Ève, on se fait pourtant du mal.

Je remercie le ciel que chez moi, il n'y ait pas toutes ces violences, ces crimes odieux mis sur le dos de la religion. Je ne suis pas perdu dans un monde que je ne connais pas, je suis plutôt dans un monde où les valeurs existent. J'habite dans une ville où s'épanouit un grand nombre de religions : l’islam, le protestantisme, le judaïsme et le catholicisme romain, et même des hindoues et bouddhistes.

Ensemble, on vivait tous comme des frères et sœurs, on se saluait, on discutait, on blaguait ensemble. Ma voisine de palier ne se réclamait d'aucune religion, et pourtant, on s'entendait si bien. On se rencontrait chaque matin avec toujours des salutations chaleureuses, et même des fois, on se retrouvait ensemble au comptoir de livraison de courrier, là où on récupérait des colis.

Le côté humain l'emportait avant tout, puisque nous étions toutes des femmes et des hommes, alors autant nous supporter. Marcie, ma voisine de palier, se permettait même à l’occasion de me poser des questions. Elle me posait un jour, de la meilleure des manières, une question sur le pourquoi je portais un voile, et chaque fois, des tenues amples. Je lui répondais avec le sourire et lui expliquais de la plus belle des façons, sans l'offenser, l'origine de ce voile et les versets qui en font mention. Elle respectait ce en quoi je croyais, et en retour, je respectais son choix, elle croyait qu'il y avait une force supérieure qui dirige ce monde, mais elle doutait beaucoup.

Marcie voulait beaucoup savoir sur ma religion à cause des meurtres dont elle entendait parler aux nouvelles, des attentats autour du monde, ce qui lui faisait croire que ma religion était violente. Ensemble, nous devenions des équipières dans le combat contre la solitude de l'immeuble. Elle me demandait de plus en plus de choses sur ma religion, et je me plaisais à le lui expliquer. Elle faisait même de moi, une spécialiste de la religion musulmane, et au fur et à mesure, elle devenait plus confiante.  Nous avions une belle relation fraternelle basée avant tout sur notre humanisme que l'on mettait toujours en avant.

À propos de l’auteur :

author

Vous comprendrez bien qu’il s’agit bel et bien d’un surnom...et non de mon nom. Pourquoi ce drôle de surnom? C’est qu’en plus de me passionner pour le café, je suis aussi une barista et que je travaille dans un magnifique café sur le Plateau Mont-Royal. J’ai donc toujours de drôles d’histoires de mon quotidien à vous raconter. Bienvenue dans mon espace virtuel.